Entraînements pour le Sun Trip Tour 2019

Après les premières sorties de test viennent les sorties plus longues : il s’agit autant d’entraîner le cycliste que d’éprouver la machine, de détecter les défauts ou les fragilités de conception. Les améliorations apportées sont ensuite testées à leur tour.

Voir en plein écran

DateGPSDist.
km
Déniv+
m
Durée
H : mn
Vitesse
km/h
Conso
Wh/km
Prod
Wh
15-0615012005:4925,7
14-0614215275:4828,5m5,41168
13-061453455:2127,13,6663
12-061729326:3526,32,6538
11-061387955:4424,02,6874
10-0610411854:5021,54,2718
09-0617216327:3322,82,7498
08-0613015424:3228,75,81003
07-061309075:1125,03,8311
06-061239854:3726,64,4926
05-0612612455:1823,84,2630
04-0617213204:5534,94,41147
03-061477534:5729,73,9747
02-0611011503:3231,05,3
23-05273700:5728,05,5-
18-051146333:5431,03,2-
15-05

784952:0636,94,9-
13-0520320606:3431,04,2-

10 juin : on attaque le col du Brenner

Après Innsbruck, la montée au col de Brenner attaque d’emblée à 11 ou 12%. On avance à 6 km/h et ça fait chauffer beaucoup nos moteurs direct drive (95°C pour le mien !). A certains moments, Daniele pousse son vélo pour éviter la surchauffe.
Pendant le petit-déjeuner, le soleil avait bien rechargé ma batterie et J’avais crû que ça durerait toute la journée. Mais très vite, nous avons déchanté.
Plus loin, n nous avons longé la vallée sur une route cycliste vraiment charmante, qui traversait des hameaux, des prés, des villages. C’était de vraies montagnes russes, descentes raides suivies de remontées tout aussi raides. Daniele pestait, je savourais les paysages.
L’arrivée au col fût l’occasion d’un selfie vidéo.
La descente du col, sur les pistes cyclables italiennes, fût un vrai bonheur, malgré les erreurs d’aiguillage et les chicanes.

9 juin : je retrouve mon coéquipier !

Sans réseau téléphonique, nous avons réussi à reprendre contact, Daniele et moi, grâce au WiFi du camping et à l’application WhatsApp.
Ce matin, je roule 42 km pour le rejoindre puis nous reprenons notre route ensemble. Quelques dizaines de kilomètres en fond de vallée puis nous attaquons le col Albergpass. Les paysages sont toujours splendides même si le soleil manque. Je règle l’assistance du moteur au minimum pour économiser la batterie.
Brèves apparitions du soleil, par chance dans les montées les plus raides. S’il ne donne pas beaucoup de watts, ça regonfle le moral.

Paysages enneigés au col.
Belle descente du col, les jantes chauffent (je n’ai pas de freins à disque sur ce vélo)

Bilan : 172 km, 1500 m de dénivelé positif, 598Wh de charge solaire.

8 juin : je perds de vue mon coéquipier!

Daniele a réparé ses freins au camping qui avait un atelier très bien outillé. Nous partions peu avant-midi. Une belle journée s’annonçait : un ciel bleu, un soleil plein de watts, du vent dans le dos !
Nous roulions de concert, Daniele sur la route, et moi sur la piste cyclable le long de la route. La Suisse est pleine d’attention pour ses cyclistes! Mais parfois ces pistes cyclables s’éloignent de la route pour la retrouver après un village, par exemple.
Et voilà, c’est ce qui a fait que nous nous sommes perdus de vue.
Rien de grave, me direz-vous, un petit coup de fil ou un SMS pour se retrouver.
Malheureusement c’est ce 8 juin que je changeais d’opérateur de réseau téléphonique. Impossible de nous joindre pour nous dire où nous étions.
J’ai trouvé des Suisses sympas qui ont accepté de joindre Daniele avec leur portable. Mais Daniele ne répondait jamais, je laissais un message vocal (j’ai sû le soir qu’il croyait que c’était de la pub). J’ai essayé Whatsap et le courrier électronique dans une station-service équipée de Wifi.
Rien…
Après ces tentatives infructueuses, je me suis résolu à reprendre ma route. Je suivais la trace GPS concoctée par Daniele, sans savoir s’il était devant ou derrière moi. Au moins, nous roulions dans la même direction, sur la même route.

Les paysages étaient magnifiques, avec un decor de montagnes enneigées, les pistes cyclables pittoresques.
La journée de soleil a donné 1003 Wh, elle aurait donné bien plus si ma batterie n’avait pas été pleine dès 8h du matin. Mes 330Wc de panneaux solaires font merveille, j’ai roulé en les inclinant bien pendant la fin de l’après-midi.

Au camping, le wifi et WhatsApp m’ont permis de reprendre contact avec Daniele. Ouf, on se retrouvera demain matin.

Entraînement pour le Sun Trip Tour – 7 juin

Encore une excellente journée qui nous a mené de Lomont en Haute-Saône jusqu’à Frick en Suisse.
De petites routes en pistes cyclables, nous avons atteint l’Alsace. Changement de décor !
Mais c’est en entrant à Bâle que nous sommes vraiment entrés dans un autre monde, avec une réelle place donnée aux cyclistes dans la ville. Impressionnant !
L’orage avait menacé toute l’après-midi mais la tente était déjà plantée quand la pluie s’est mise à tomber vers 20h.
Que demander de plus ?

Entraînement pour le Sun Trip Tour – 5 et 6 juin

Avec Daniele, on s’est retrouvés à Troyes pour faire route vers l’Italie. Pour cette première matinée, la météo est maussade mais heureusement elle s’est améliorée tout au long de la journée.
Pour ces deux premiers jours de route, avec des météos très diverses, nous traversons des paysages superbes. A certains moments, j’avais l’impression de naviguer au coeur d’un océan de verdure…
La trace GPS préparée par Daniele nous plonge au coeur de la France rurale, c’est génial! Un seul bémol : après Vesoul, on s’est retrouvés sur une N19 avec un traffic infernal.
Hier soir, charmant Mini Camping à la ferme à Lomont.

Tous les participants du Sun Trip Tour 2019

L’organisation du Sun Trip vient de publier le profil des 55 participants du Sun Trip Tour 2019. Ils viennent de France, Suisse, Belgique, USA, Italie, Allemagne. Ils sont âgés de 4 ans à 72 ans !
Cet été, il y aura 12 équipes officielles, dont 8 constituées par des collaborateurs EDF et EDF Renouvelables.

La batterie de mon vélo solaire connectée en bluetooth !

C’est au week-end de préparation aux Sun Trip 2019 et 2020 que j’ai découvert cette innovation. Merci à Ralf !
J’ai donc décidé de remplacer le BMS de ma batterie (battery management system) par un modèle disposant d’un périphérique de communication bluetooth. Cela m’a coûté une trentaine d’euros et un peu plus de temps que je n’imaginais pour l’installation. En effet, les nappes de connexion des BMS étaient différentes et j’ai donc dû user du fer à souder.

Qu’importe, je suis satisfait du résultat : désormais, je peux tout savoir sur l’état de ma batterie, en temps réel, sur l’application smartphone dédiée. J’ai tout de même ajouté un interrupteur : il me permet d’éteindre le module bluetooth pour éviter de décharger inutilement la batterie, par exemple en période de stockage hivernal.

Nouveauté sur le Solarduino Bike : la version 3.1 en test !

version mars 2019
Solarduino Bike v3.1
version avril 2019

Apparemment rien n’a changé entre la version du mois de mars et la version 3.1 de mi-avril.
J’ai tout simplement changé les 3 panneaux solaires! J’ai remplacé les anciens panneaux économiques par des panneaux de haute qualité, constitués de cellules photovoltaïques de dernière génération Sunpower™ Maxeon, dans la “classe” ou “grade” le plus élevé.
En effet, après fabrication, les cellules sont triées en différentes classes d’après leur rendement (Sunpower™ utilise une classification particulière avec bien plus de 4 classes).

Résultat :
86% d’énergie solaire en plus à surface égale!
Quelle progression !

Je réalise qu’en 2018 je croyais rouler avec 200Wc mais en fait je ne disposais que de 107Wc réels. Pour avoir la même puissance, 1 seul des nouveaux panneaux aurait été nécessaire, ma remorque aurait été 2 fois plus courte, plus légère, hyper-maniable.

En 2019, j’ai choisi d’augmenter la surface de panneaux pour disposer de plus de puissance. Je souhaite :
– avoir plus d’autonomie en cas de météo nuageuse avec éclaircies, de ne pas être inquiet de terminer une journée “à la pédale”,
– rouler plus vite si besoin,
– rouler plus longtemps pour parcourir de plus grandes distances.

Un nouveau type de vélo solaire sur le Sun trip Tour 2019 !

Les précédentes éditions du Sun Trip ont vu défiler une grande variété de vélos : des vélos droits classiques, des tandems, mais aussi des vélos couchés, tricycles couchés, tricycles tandem couchés, des vélos cargo, un tandem assis/couché et, pour une courte apparition, un vélo familial à 4 roues…
Mais aucun vélo mobile n’avait encore participé. Ce sera le cas cette année avec Bertrand Touzet : le 6 juillet, il prendra le départ du Sun Trip Tour 2019 avec son vélo mobile dont le carénage améliore l’aérodynamisme.
Bertrand nous fait découvrir son véhicule dans cette courte vidéo :

Le fonctionnement d’un panneau solaire, par Christophe Dugué

C’est au stage de préparation aux Sun Trip 2019 et 2020, à Lans-en-Vercors, que Christophe Dugué nous a présenté des données importantes sur les panneaux solaires.
Dans un exposé très clair, il nous a expliqué la conception et le fonctionnement d’un panneau solaire, la définition de ses caractéristiques techniques, puissance maximale etc…
Christophe nous a aussi éclairé sur des facteurs importants pour les cyclistes solaires qui conditionnent la production d’énergie électrique: influence de la température, impact des ombrages, conséquences des micro-fissures des cellules photovoltaïques…

Les panneaux solaires, c’est son rayon : Christophe travaille chez Photowatt, un fabricant français de panneaux solaires pour maisons et bâtiments.
Mais surtout, Christophe a conçu et fabriqué des prototypes de panneaux pour vélo solaire. Ces panneaux sont à la fois légers et rigides, donc résistants aux aléas des voyages au long cours. Christophe a testé son premier prototype lors du Sun Trip Tour 2017. Puis c’est Stéphane Bertrand qui en a été équipé pour le Sun Trip 2018 Lyon-Canton. Pour le Sun Trip Tour 2019, Christophe équipera aussi son épouse qui participera avec lui .

Préparation au Sun Trip 2019 et 2020

Mi avril, l’équipe du Sun Trip avait organisé un week-end de préparation au Sun Trip. Ce stage avait pour ambition d’aider les participants à mieux se préparer  d’un point de vue technique:

  • comprendre le fonctionnement des panneaux solaires,
  • connaître les différents composants d’un vélo à assistance électrique (moteur, contrôleur, batterie…),
  • partager des expériences vécues des précédents Sun Trip,
  • préparer des itinéraires…

Ce week-end fut intense et très riche, aussi bien par les apports des intervenants : Florian Bailly (créateur du Sun Trip), Christophe Bayard (association Vécolo), Christophe Dugué (Photowatt), Bernard Cauquil (Professeur techniques industrielles et suntriper 2015 et 2020) que par les échanges entre participants.
Merci à tous !

Voici une vidéo qui traduit l’ambiance de ces rencontres :

Suivez les participants du Sun Trip Tour 2019 sur leur réseau social !

Nationalités des participants au Sun Trip 2019 50 cyclistes solaires de 7 nationalités différentes participeront à l’édition 2019 du Sun Trip Tour, du 6 au 20 juillet!
Certains d’entre eux se sont déjà rencontrés lors d’un week-end de préparation très fructueux, organisé par la Sun Trip Team en avril à Lans-en-Vercors.

Retrouvez chaque participant sur son réseau social ou son blog : découvrez sa préparation, ses attentes, ses enthousiasmes avant le grand départ…

NomNb pers.PaysSun TripBlogAutreRéseau social
AMORAVAIN Céline, MOCELLIN Pierre & Thomas3Francelogo instagramlogo facebook
ANDREA Gilles1France
ASPE Yannick & CAZANAVE Béatrice2France2015,
2017
logo facebook
BAYARD Christophe1France2017logo facebook
BERMEJO Paul1Maroc2015,
2017
logo facebook
BROCHARD Laurent1Francelogo facebook
BUJADOUX Stéphane1France2017logo instagramlogo facebook
CHATAGNY Laurent & HENCHOZ Corentin2Suisse
CIANI Dario1Suisselogo facebook
CORSELLI Catherine & DURAND Jean-Michel2Belgique
COSANDIER Michel1Suisse
COTTARD Francis1France2017
DENEL Francoise1France2018logo facebook
DUGUÉ Christophe & Stéphanie2France2017logo facebook
FLORET Jean-Jacques1Francelogo facebook
GADOIN Fabrice1Francelogo facebook
GANIVET Benoît1Francelogo facebook
GILLESPIE Ryan & THORESEN Rain2USA2017logo facebook
GONANO Daniele1Italie2017logo facebook
GUILLE François1France
GUYOT Olivier & SCHULZ Norbert2Allemagnelogo facebook
HADIK Stephen1Suisselogo facebook
HELSEN An & Peter2Belgique2017,
2018
logo facebook
IETTER Alain1France2017logo facebook
INACIO Jérôme1Francelogo facebook
KELLER Jean-Claude1Suisselogo facebook
LAGRIFFOUL Claude1France2017logo facebook
LEWIEN Ralf1Allemagnelogo facebook
MACHADO Jean-Louis1France2017logo facebook
OLCHEWSKY Michel1Francelogo facebook
PLOZNER Patrice1France2018logo facebook
RAMBEAU Perrine & VAN NESS Nate2France
USA
logo facebook
ROULLAND Arnaud1Allemagnelogo facebook
RUSSO Fabio1Italielogo facebook
TOUZET Bertrand1Allemagnelogo facebook
TROUCHE Jean-Claude1Francelogo facebook
VAN TIEL Pieter1Suisselogo facebook
VOLLUZ Jean-Marie1Suisselogo facebook

Le tour d’Europe à vélo solaire de Luc Giros

Lors du Sun Trip 2018, parti de Lyon,  Mickaël Joguet avait mis 50 jours pour arriver à Canton avec son vélo solaire. Il gagnait ainsi la 2ème place du podium.
Son vélo va repartir autour du monde, piloté par Luc Giros (30 ans). Le 5 mai,  Luc partira de La Rochelle et s’élancera pour un tour d’Europe insolite de 17.000 km !

Son projet est de sortir sa voile sur les trois mers mais aussi sur les lacs à l’intérieur des terres. Son parcours longera le littoral du sud de l’Europe afin de “kitesurfer” sur la plupart des spots.
Luc réalisera son voyage en autonomie énergétique complète : grâce au soleil, son vélo pourra tirer la remorque emportant son kitesurf.
En plus du défi sportif, ce périple sera aussi l’occasion pour Luc d’évoquer sa maladie, l’exstrophie vésicale, une malformation complexe de la vessie.

À réécouter : ” Mon Poitou à moi avec Luc Giros 1/5 “
En savoir plus sur l’aventure de Luc Giros

Test comparatif de rendement énergétique de 3 panneaux solaires flexibles

Après plusieurs jours de pluie, le soleil est revenu ! Il est légèrement voilé mais peu importe : je suis trop impatient de tester les panneaux solaires reçus trois jours plus tôt! Je vais les comparer aux panneaux achetés en 2017 et 2018.
Même si ce test n’a pas de valeur scientifique, les observations m’ont paru suffisamment intéressantes pour être publiées.

Les panneaux en test

panneau solaire 50W panneau A
puissance spécifiée : 50Wc nominal
nombre de cellules : 4 x 4 = 16
fabricant des cellules : non spécifié
classe de cellules : non spécifiée
provenance : achat auprès d’un revendeur réputé sur internet
prix pour 2 x 50Wc : 284 €  en 2017
panneau B
puissance spécifiée : 100Wc nominal
nombre de cellules : 5 x 6 = 30
fabricant des cellules : non spécifié
classe de cellules : classe C (défauts visibles)
provenance : achat sur un célèbre site de vente aux enchères
prix : 135 € en 2018
panneau C
puissance spécifiée : 110Wc nominal
nombre de cellules : 5 x 6 = 30
cellules : Sunpower™ Maxeon
classe de cellules : classe A
provenance : achat auprès d’un fabricant
prix : 350 € (~395 USD)  en 2019

Mesure de la puissance instantanée des panneaux

Ne disposant pas d’appareil de mesure de l’énergie donnée par le soleil, il ne m’était pas possible de mesurer le rendement réel de chaque panneau.
J’ai donc choisi de mesurer la puissance instantanée des panneaux avec des wattmètres, dans les conditions d’ensoleillement du moment. Et j’ai comparé 2 à 2 les panneaux reliés chacun à un régulateur de charge identique chargeant la même batterie.

Puissance mesurée avec les panneaux B et C




Puissance mesurée avec les panneaux A et C

Réserves relatives au protocole de test

Divers éléments pourraient impacter le résultat des mesures et leur analyse :

    • dates de fabrication différentes, dans un contexte de progression régulière du rendement des cellules;
    • différence d’état de vétusté et d’usage des panneaux : panneau C totalement neuf, panneau B ayant parcouru plusieurs milliers de km (vibrations + chocs), panneau A de 2017 jamais utilisé et stocké;
    • différence d’étalonnage des wattmètres non certifiés;
    •  mesures effectuées par soleil voilé (refaire le test dans d’autres conditions d’ensoleillement).

Toutefois, ces éléments ne sauraient remettre en cause fondamentalement les résultats obtenus.

Calculs et résultat

Le panneau C étant le plus puissant, je l’ai pris comme référence.  J’ai calculé le rapport entre la puissance produite par le panneau A ou B et la puissance produite par le panneau C. Le tableau ci-dessus présente l’efficience relative des panneaux A et B en référence au panneau C qui a donc une efficience de 100%.
Poussant la réflexion plus loin, j’ai imaginé une augmentation de la surface de panneaux A ou B pour pour obtenir la même puissance que le panneau C. J’ai alors calculé le coût en panneaux A ou B correspondant, et la surface de panneau correspondante.

Tableau comparatif du rendement de 3 panneaux solaires
NB :  j’ai pris en compte la différence du nombre de cellules (panneau A: 16 cellules, panneaux B et C: 30 cellules).
À l’observation de ce tableau, on peut émettre les remarques suivantes:

Puissance réelle :

  • les panneaux A et B ont une puissance presque identique alors que le panneau A est 2 fois plus cher que le panneau B;
  • la puissance du panneau C est presque double de celle des panneaux A et B.

Prix pour obtenir la même puissance réelle :

  • à puissance égale, le panneau A est 71% plus cher que le panneau C;
  • à puissance égale, le panneau B est 21% moins cher que le panneau C.

Surface pour obtenir la même puissance réelle :

  • à puissance égale, les panneaux A et B occupent 90% de surface de plus que le panneau C (NB : tout cycliste solaire sait combien la place est limitée , sur un vélo ou une remorque).

Remarques personnelles

Des critères objectifs et subjectifs avaient guidé mes achats :

  • en 2017, je découvrais totalement l’univers du panneau solaire, cela m’avait rassuré d’acheter à une grande enseigne reconnue, les nombreux échanges par téléphone et par courriel m’avaient donné confiance.
  • en 2018, je souhaitais expérimenter un format de panneau peu répandu (6×5 = 30 cellules) et je n’avais trouvé sur le marché que ces panneaux à bas prix.
  • en 2019, j’ai eu l’envie et l’opportunité d’investir dans un équipement de qualité, pour augmenter les performances de mon vélo.

Conclusions

  • Un prix élevé n’est pas toujours une garantie de performance du matériel.
  • Des panneaux de rendement moindre (50%) ont un impact fort sur le vélo solaire:  autonomie 2 fois plus faible ou installer 2 fois plus de panneaux. Dans les deux cas, cela dégradera le confort pu la sécurité du cycliste.
  • Une dépense plus élevée pour un matériel de qualité représente à terme une économie: le rapport qualité/prix est bien meilleur.
    Sans compter les autres bénéfices :  autonomie, maniabilité, performance…

Tout savoir sur le vélo électrique, par Justin Lemire-Elmore

Justin travaille dans une entreprise canadienne innovante, spécialisée dans le vélo électrique. Elle créé des équipements : batteries, moteurs, contrôleurs, consoles de commande etc… Bien des SunTripers en sont équipés !
Il a participé au Sun Trip 2018, avec son épouse Anne-Sophie, sur un tandem solaire qu’il a entièrement inventé, où l’un pédale pendant que l’autre rame ! Les voici au camping du Bourget-du-Lac en juin 2018:

Justin Lemire-Elmore et Anne-Sophie Rodet

Justin a participé au “BC Bike Show 2019”, le plus grand salon du vélo de l’Ouest du Canada. Dans cette vidéo, il dresse un panorama complet des différentes technologies disponibles sur le marché, de leurs avantages et inconvénients…
Écoutez-le, c’est très instructif… et en plus, ça fait réviser l’anglais…

 

Panneaux solaires : le rendement des cellules photovoltaïques

Cet article tente d’éclairer quelque peu le le lecteur sur un élément important pour le choix de ses panneaux solaires : leur rendement.
Pour toute proposition d’enrichissement ou de correction, écrivez à

Qu’est-ce que le rendement d’une cellule photovoltaïque ?

C’est le rapport entre la quantité d’énergie électrique obtenue par conversion de l’énergie lumineuse et la quantité d’énergie solaire reçue par une cellule.

Définition du rendement d'un cellule photovoltaïque

Quel est le rendement des cellules disponibles sur le marché?

Lors de mes premières recherches de panneaux, j’ai lu que le rendement de  telle cellule en silicium monocristallin était de 15%, telle autre 20% et certaines 22% (en 2017). Aujourd’hui en 2019, les meilleures atteignent 25%.
Malheureusement, cette caractéristique est souvent absente des spécifications de panneaux.
Questionné par téléphone, un fabricant m’avait répondu : “Mon entreprise, comme bien d’autres, s’approvisionne sur un marché international fluctuant,  nous achetons  des lots de bonne qualité mais sans spécification de rendement. D’ailleurs, à chaque livraison, le pays de fabrication est différent! Dans ce contexte, comment indiquer une donnée fiable?”

Quelle différence pour le cycliste solaire ?

À surface de panneau égale, un cycliste solaire doté de cellules à  haut rendement (25%) disposera de 66% d’énergie en plus qu’un cycliste doté de cellules à faible rendement (15%). Le premier pourra donc rouler plus vite ou plus longtemps, plus loin… ou faire moins d’effort, selon son envie!

comparaison rendement de différentes cellules voltaïques

Cette animation illustre l’impact pour le cycliste solaire de ces différences de rendement, elle n’a pas l’ambition d’avoir une rigueur scientifique…

Bien sûr, le cycliste solaire peut compenser un faible rendement en augmentant la surface de panneaux. Mais il sait bien que cela augmentera les dimensions de son véhicule, le rendra plus lourd, moins facile à manoeuvrer…

Les rendements selon les différentes technologies

Avec des cellules au silicium monocristallin, en 2019, le rendement atteint 25% avec la technologie “back contact”, dans  les meilleurs panneaux.
Avec du silicium polycristallin, des chercheurs ont réussi à obtenir un  rendement record de 22,3%, mais cette technologie n’est pas commercialisée aujourd’hui (en savoir plus…).

Des rendement supérieurs à 30% ?
En 2016, des chercheurs allemands ont obtenu un rendement record de 33,3% avec une cellule dite “multi-jonction” (en savoir plus…). Mais attention, vous n’en trouverez pas sur internet, cette technologie est dédiée aux applications spatiales ! Et aux États-Unis, dans le Colorado, on affiche des rendements de 40,8% !

Cela fait rêver…. mais quand ces technologies seront-elles accessibles au grand public?

Comment choisir ?

Le cycliste solaire est donc tenté d’acquérir les cellules à “haut rendement”. Et pourquoi pas les meilleures du moment ?
Surgit alors la question du budget ! Car vous l’aurez deviné, plus le rendement est performant, plus le coût est élevé. À moins de disposer d’un budget très généreux ou de partenaires, le concepteur de vélo solaire devra faire des choix, et le plus souvent, des compromis !

Chacun devra donc d’abord cerner ses besoins, définir ses priorités afin de déterminer la solution optimale pour son projet. Il pourra alors s’équiper en pleine connaissance de cause.

Comment choisir ses panneaux solaires ?

panneau solaire flexibleLes panneaux photovoltaïques sont l’élément clé du vélo solaire : ils convertissent l’énergie du soleil en énergie électrique utilisable directement par le moteur et/ou pour la recharge de la batterie. Lorsqu’on se lance dans l’aventure de la construction d’un vélo solaire, on est un peu perdu devant la diversité des offres.

Je vais donc partager ici plusieurs éléments susceptibles de vous guider et vous permettre d’effectuer un choix en pleine connaissance de cause.

Panneaux flexibles ou panneaux rigides ?

panneau solaire flexibleLes panneaux flexibles: c’est le type de panneaux le plus fréquemment utilisé pour les vélos solaires. Les raisons sont leur légèreté (de 3 à 5 kg pour 200Wc) et le bon rendement énergétique des cellules en silicium monocristallin qui les composent (ratio entre énergie électrique récupérée/ énergie solaire reçue).
Le plus souvent, on ajoute une structure porteuse qui rigidifie les panneaux et les protège. En effet, chaque choc sur une cellule diminue localement son rendement. Avec des chocs multipliés, la puissance totale du panneau diminue de façon significative et définitive. C’est le point faible de la flexibilité.

panneau solaire rigideLes panneaux rigides: ils sont robustes, à l’épreuve des intempéries comme la grêle; ils sont prévus a priori  pour une installation sur bâtiment. Ils sont très lourds (15 à 18 kg pour 200Wc). Leurs cellules photovoltaïques sont souvent en silicium polycristallin au rendement énergétique moindre que le monocristallin. Pour ces raisons, ils sont rarement utilisés sur les vélos solaires .
Une exception cependant : Christophe Dugué, qui travaille chez un fabricant français, a construit lui-même un panneau rigide et léger, en monocristallin. Il l’a expérimenté durant le Sun Trip Tour 2017. Stéphane Bertrand a pu lui aussi bénéficier de ce prototype sur 12 000 km lors du Sun Trip 2018. Cet été, nul doute que nous reverrons ces panneaux extra-ordinaires puisque Christophe Dugué et son épouse participent au Sun Trip Tour 2019. Malheureusement, ces panneaux ne sont pas encore commercialisés.

Les caractéristiques électriques des panneaux

La puissance d’un panneau est proportionnelle au nombre de cellules photovoltaïques qui le composent. La cellule photovoltaïque est l’unité de base d’un panneau, elle produit une puissance électrique de l’ordre de 3 Watts sous une tension de 0,5 à 0,6 Volts.
Les caractéristiques électriques sont mentionnées par les constructeurs. Les principales sont la tension de service (Vmp en Volts) et le courant maximum en cas d’ensoleillement maximum (Imp en Ampères). Selon l’assemblage des cellules, en série et/ou en parallèle, des panneaux de même puissance peuvent avoir des tensions de service et courants maxi différents.

Daniele Gonano salon auto paris 2018 Le concepteur d’un vélo solaire est donc face à une équation avec de nombreux paramètres s’influençant les uns les autres:

  • choix de la surface de panneaux pour la puissance totale souhaitée,
  • choix des dimensions et de l’endroit où les installer selon le type de vélo,
  • installation en série ou en parallèle en fonction du régulateur solaire (tension et courant),
  • choix du type et du nombre de régulateurs (MPPT boost  ou non).

Les cellules photovoltaïques du panneau solaire

Deux principaux types de cellules peuvent composer les panneaux. Pour un vélo solaire, en raison du rendement plus élevé, c’est le silicium monocristallin qui est le plus approprié.

cellule au silicium monocristallin Cellules au silicium monocristallin
– très bon rendement, d’environ 200Wc/m²
– durée de vie de ~30 ans.
– coût plus élevé que le silicium polycristallin.
cellule photovoltaïque au silicium polycristallin Cellules au silicium polycristallin
– rendement d’environ 150Wc/m², donc inférieur au monocristallin,
– durée de vie de ~30 ans.
– coût plus économique que le silicium monocristallin.

Mais tout dépend des besoins de l’utilisateur : Barnabé Chaillot, rencontré pendant le prologue du Sun Trip 2018, a fait le choix le plus économique [en savoir plus…].

La qualité des cellules photovoltaïques

Le rendement d’un panneau dépend de la qualité des cellules photovoltaïques qui le compose mais peu de fabricants de panneaux mentionnent la “classe” des cellules utilisées. Elle impacte fortement le coût de construction du panneau, et par conséquent, son prix de vente. Pour notre usage,  trois niveaux de qualité de cellules sont disponibles:

cellule photovoltaïque de classe Acellules de “classe A”: elles sont de très bonne qualité, sans défaut visible et leurs caractéristiques électriques correspondent exactement aux spécifications définies par le fabricant. Les panneaux solaires construits avec cette classe de cellule sont donc les plus chers.
cellules de “classe B”: elles sont de bonne qualité qui présentent peu de défauts visible. Leur rendement est proche ou légèrement inférieur aux cellules de “classe A”.
cellule photovoltaïque de classe Ccellules de “classe C”: elles présentent des défauts visibles qui affectent leur performance (ex: cellules ébréchées, fissurées…). Leur rendement est évidemment moins bon, ces cellules sont utilisées pour réaliser les panneaux économiques.
cellules de “classe D”: elles présentent des cassures ou sont incomplètes. Elles peuvent être retaillées puis réassemblées dans des panneaux de petite dimension, mais, le plus souvent, leur silicium est recyclé pour fabriquer de nouvelles cellules.

Suite… Tout savoir sur le rendement des cellules photovoltaïques !

Deuxième test de mon nouveau vélo solaire

Aujourd’hui, les conditions de vent étaient plus favorables que mardi dernier, toutefois le soleil voilé du début d’après-midi procurait moins d’énergie.
En réglant la puissance du moteur sur 100 W, j’ai roulé à une vitesse moyenne de 31,5 km/h sur un parcours de 90 km avec 650 m de dénivelé positif.

vent

Premier test du Solarduino Bike version 3

J’ai expérimenté hier mon nouveau vélo solaire ! Il est composé d’un vélo classique et d’une remorque motorisée. J’ai construit cette nouvelle remorque de façon à supporter 3 panneaux solaires de 100Wc (je n’en avais que 2 l’an dernier).
Mon intention est d’augmenter la longueur de mes parcours. Avec 2 panneaux l’an dernier, j’avais réalisé des parcours de plus de 200 km. Avec 3 panneaux, j’espère désormais dépasser 250km par jour.

Pour ce premier test en 2 étapes, j’ai parcouru au total 129 km avec 1080 m de dénivelé + en 4h25. Ma vitesse moyenne était proche de 30 km/h.

En raison des conditions d’ensoleillement moyennes, j’ai réglé l’assistance électrique entre 90W et 115W avec de courts moments à 225W.
Dans des conditions de vent assez défavorables (vent de 20/25 km/h avec rafales brutales à 50 km/h), j’ai pu apprécier le bon comportement de la remorque, très stable dans les virages.

Le parcours du Sun Trip Tour 2019

Découvrez le parcours du Sun Trip Tour 2019 : un itinéraire à vélo solaire qui traverse la région Auvergne-Rhône-Alpes, du Puy-en-Velay jusqu’à Valence, en passant par les Monts d’Auvergne, Vulcania, Divonne-les-Bains, Chamonix, Val Cenis, Pinerolo (Italie) et Crest.
50 aventuriers propulsés à l’énergie solaire à l’attaque des plus beaux cols de France !

Sun Trip Tour 2019


Un projet en partenariat avec EDF, EDF Renouvelables, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et GEO.fr !